Remise en question – Conseil de lectures et de films

Remise en question – Conseil de lectures et de films

Se remettre en question, mettre en lumière ce que nous voulons améliorer chez nous est un processus presque vital pour grandir et évoluer comme être humain. Pour la plupart d’entre nous, ce voyage commence en solitaire. J’ai décidé d’écrire cet article au coin du feu, dans un chalet, pour accompagner votre voyage en fonction de 3 destinations : vous-même, la société, la philosophie et le dogme. 

Vous-même

  • L’Alchimiste, roman de Paulo Coelho
  • Les 4 accords Toltèques, roman de Miguel Ruiz
  • L’Homme qui voulait être heureux, roman de Laurent Gounelle
  • Les Dieux voyagent toujours incognito, roman du même auteur
  • Le jour où j’ai appris à Vivre, roman du même auteur
  • Mange, Pris, Aime, roman d’Elizabeth Gilbert adapté au cinéma par Ryan Murphy. 

La Société

  • Sanctuary, manga de Sho Fumimura et Ryoichi Ikegami
  • La Haine, film de Mathieu Kassovitz
  • Le Loup de Wall Street, roman de Jordan Belfort adapté au cinéma par Martin Scorsese
  • Le Casse du Siècle, roman de Michael Lewis adapté au cinéma par Adam McKay. 

Philosophie et Dogmes

  • Le Voyage de Théo, roman de Catherine Clément
  • Le Monde de Sophie, roman de Jostein Gaarder
  • la Bible, le Coran et la Torah (auteurs inconnus 😉 ). 

Et vous, vers quelles oeuvres vous tournez vous pour vous aider à faire le point sur vous même ? 

Prise de décision et réflexion

Prise de décision et réflexion

Pour écrire cet article, j’ai utilisé autant de compétences acquises dans mon expérience : en intervention psychosociale, dans la rédaction des écrits professionnels pour mon diplôme de fin d’étude, de ma vie professionnelle et personnelle. 

Le doute doit mener à l’action.

Les décisions que je prends sont le fruit de réflexions sur un ou plusieurs sujets donnés. Les décisions, bonnes et mauvaises, construisent le professionnel que je suis aujourd’hui. Mon identité, mon éthique.

Le doute qui anime ma réflexion fait partie de mon esprit. Il est nécessaire à ma croissance car c’est lui qui me pousse à réfléchir, répéter et apprendre.  Ce doute, s’il n’est pas maîtrisé peut devenir un véritable boulet accroché à ma cheville qui m’empêche de bouger, d’agir. C’est pour cela qu’il est important de ne pas se prendre soi-même au piège. 

Comment faire ?  

Agir. S’autoriser à commettre une erreur, apprendre, grandir. C’est ainsi que j’évolue comme professionnel et comme personne.

 “Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends ».  Nelson Mandela

S’inspirer de grandes personnes n’est pas un mal, bien au contraire. Moi-même je m’inspire beaucoup du monde qui m’entoure, de celles et ceux qui m’ont fait grandir. Pour dire la vérité, j’ai souvent fait appel à la réflexion d’autres personnes pour m’aider dans des situations où je me sentais bloqué. Ma meilleure source d’inspiration ? Ma mère 🙂

Et si elle était là, elle vous dirait simplement : fais toi confiance. 

Moi, je compléterai en vous expliquant pourquoi. 

Faites vous confiance

Développer ma capacité à prendre des décisions suite à une réflexion organisée m’a appris : 

  • à essayez, me trompez et réessayez
  • qu’après avoir trouvé une bonne réponse, il faut la perfectionner
  • à ne pas être égoïste, je partage avec le groupe, l’équipe dont je fais partie

Et sans un peu de confiance en soi, essayer et se tromper deviennent beaucoup plus difficile. 

Prendre conscience des choses qui nous entourent est la panacée de l‘évolution personnelle et professionnelle. Ne bougez pas, une loi pénible arrive et va vous aider à une autre prise de conscience.

La Loi de Pareto

Cette loi pose 2 principes : 

  • 20% de nos efforts représentent 80% de nos résultats. 
  • 80% d’autres efforts représentent 20% de nos résultats. 

Ils nous amènent à nous questionner sur nous même et notre perception des tâches à accomplir.

Il est important de comprendre le travail que nous produisons et d’en mesurer sa portée grâce à l’expérience et à des mesures objectives (les KPI : Key Performance Indicator). Ainsi vous pourrez identifier vos 20-80 et 80-20. 

Une fois identifiés, comment réduire ce 80-20 ?

  • Déléguer/sous-traiter : si une tâche est énergivore pour peu de résultats, essayez de la déléguer ou sous traiter -> cela crée de l’emploi 😉
  • S’allier à des collègues pour réduire ensemble votre 80-20 et rendre ce temps plus agréable, voir le mettre à profit -> vous développerez votre travail d’équipe. 

L’idée ici n’est pas de détruire ce 80-20 mais de le réduire, voir mieux, le transformer et en tirer profit d’une nouvelle manière. 

Vous êtes l’expert de votre travail, c’est vous qui avez les réponses. 

Mais quelques fois, une petite aide n’est pas de refus.

Et vous, comment parvenez vous à prendre des décisions ?

Partagez vos astuces en commentaires 😉

Translate »